dimanche 15 avril 2018

Sabre et goupillon ?

Macron fait des mamours aux catholiques, ce qui reste un peu choquant dans une république où état et églises sont sensés être séparés. Plus que l'ambiguïté du "lien" qui se serait abîmé, finalement, ce qui choque, c'est l'adresse aux catholiques, dans une république laïque
Ceci dit, si Macron compte sur les cathos de gauche résiduels, il va avoir du mal à les attirer : sa loi sur l'immigration, qui durcit fortement l'attitude vis à vis des migrants, et même envers les candidats au statut de réfugié, au prétexte d'accélérer les procédures, a provoqué honte collective et indignation.

Globalement, c'est le sabre qui l'emporte, pas seulement le sabre en bois vis à vis de la Syrie (une interventionnette, juste pour sauver la face, sans faire trop de peine aux Russes et à leurs alliés Syriens), mais surtout la brutalité déployée sur le terrain et au parlement. Qu'on en juge :
*   bruit de bottes dans le bocage et démolitions musclées pour que force reste à la loi sans laisser le temps aux esprits pour passer de l'illégalité à une forme plus admissibles de contre-société.
*   démolition bulldozer du statut des cheminots, sans que l'ouverture à la concurrence ne le justifie, et sans que le problème de la dette ne soit véritablement traité. Et avec un passage aux ordonnances précipité et dans un flou qui marque l'impréparation du gouvernement face à ce dossier.
*   politique inhumaine vis à vis de l'immigration, et in fine inefficace, faute de traiter le fond
*   expulsions musclées des étudiants occupants

Dans tout cela, et ce qui a précédé, difficile de trouver quelque chose qui ne soit pas tagué "droite".