samedi 10 juin 2017

Macron, c'est non ! Il est encore temps de chercher à faire contrepoids ...

L'échiquier politique

Macron ? Droite ou gauche ?
La question n'a pas véritablement de sens.
L'esprit humain, face à la complexité, a tendance à se réfugier dans le simplisme, et étiqueter quelqu'un comme étant de gauche, de droite ... ou du centre est par trop réducteur. C'est réduire l'espace politique à une ligne uni-dimensionnelle. 
Par exemple, on peut très bien être conservateur au plan des meurs sociales et défendre une politique sociale "socialiste". A contrario, on peut avoir l'esprit ouvert en matière de meurs et être à fond pour la liberté des entrepreneurs d'embaucher et de débaucher leurs salariés.
Autre dimension : du protectionnisme franco-français à l'ouverture totale des frontières, en passant par un protectionnisme européen et une plus grande ouverture au sein de l’Europe.

Et Macron dans tout ça.

En apparence un discours pré-électoral plutôt au centre sur bien des sujets.
Malheureusement, les premières mesures ne sont pas franchement empreintes des valeurs attribuées à la "gauche".
  • une loi travail qui détricote un peu plus les droits des salariés, qui achève ce qu'Hollande n'avait fait qu'esquisser, avec le risque d'une précarisation accrue (CDD "libéralisé", limitation des indemnités en cas de licenciement abusif, politique d'entreprise privilégiée et donc dépendant du rapport de forces interne à l'entreprise)
  • RAZ dans l'éducation nationale allant dans le sens d'une éducation à plusieurs vitesses, remettant en cause les maigres acquis précédents des ZEP ...
  • et la dernière en date : la quasi intégration des règles de l'état d'urgence dans la loi ... ce qui permettra de transformer les règles d'exception en règles "normales"
Et rien qui ne semble de nature à réduire les fractures sociales et les inégalités : le populisme d'extrême droite ou d'extrême a de beaux jours devant lui, car il pourra s'appuyer sur la misère grandissante des laissés pour compte.

Tenter de faire contrepoids 

Toutes les projections font d'"en marche" le grand vainqueur des législatives.
Faut-il voler au secours de la victoire ???
Assuré d'une majorité confortable, avec des candidats souvent étiquetés "à droite" dans le passé, il est à craindre que les premières mesures annoncées soient suivies d'autres de la même veine.
Il faut que les valeurs de justice sociale puissent se faire encore entendre à l'assemblée nationale ...
C'est ce qui devrait guider dans leur choix ceux qui sont attachés à ces valeurs.