mardi 18 octobre 2016

Suicide sans beauté ?

La dernière en date de notre "président normal" a des allures d'acte manqué.
De l'art de se tirer une balle dans le pied.
Tout se passe comme si le futur candidat, non déclaré, mais déjà en campagne, trahissait sa non volonté profonde d'être candidat ! Un peu l'inverse d'un Lionel Jospin qui ne savait pas s'il voulait être candidat, presque jusqu'au dernier moment. François Hollande n'arrête pas de donner des signes ostensibles de son entrée en campagne ... mais son moi profond resurgit pour ruiner à coup sûr sa candidature et augmenter son impopularité.
Le mieux qu'il pourrait faire aujourd'hui est d'annoncer rapidement qu'il ne sera pas candidat : ne serait-ce que parce qu’il a échoué sur le chômage, et sur celui des jeunes en particulier.
Mais pour bien d'autre motifs encore : une politique qui a contribué à exploser la gauche, des inégalités qui s'accroissent (du moins celles des patrimoines et de feu l’ascenseur social), un état d'urgence inefficace qui dure, qui dure.., une loi travail qui a trop écouté les sirènes du libéralisme ...

Et là on découvre son mépris pour les juges, de l'indépendance desquels il est garant.
Les excuses n'y changeront rien. La messe est dite.
Sarko remet en cause l'état de droit, mais quid de François Hollande ?
Dans les faits, l'avalanche de mesures, sous prétexte de lutte antiterroriste, dépossédant la justice de son rôle de protectrice des libertés. Au lieu d'un renforcement de la justice et de son indépendance vis à vis de l'exécutif...

De là à se dire qu'il vaut mieux quelqu'un de droit dans ses bottes...